La Reynerie un nom qui se lit avec des yeux ébaillis. Des origines de noblesse venant d'un château qui a mal vieilli. On pourrait se demander si la Reine riait, si bien il y en avait une. Mais aujourd'hui dans un monde blessé, elle est remplie d'amertume. Mais dans quel monde vit-on?! Un monde blessé ou un monde sur papier?! Ce monde qui a abusé de son hospitalité et qui remu le couteau dans la plaie. La Reine ne rit plus elle est blessée, comme son monde, mais qu'est ce qui blesse son monde. Aujourd'hui, c'était celui sur papier, et le 10 Janvier il a frappé. Mais qui es-tu pour t'attribuer ce nom, penses-tu faire l'unanimité? Ton stylo tu l'a bien aiguisé et ta malhonnêteté tu l'as craché, dans ce soi-disant monde qui n'existe que sur papier. En manque de considération ou en recherche de denier, je ne sais pas ce qui t'a motivée ? Des familles encore endeuillées t'ont offert leur hospitalité et tu as osé ?! Osé les utiliser pour surenchérir ton monde de papier, et manipuler ceux qui sont tombés dans ton océan et qui se sont noyés. Sont-ils noyés dans la vérité?! Dans le mensonge?! Pire encore! Dans la manipulation! La pire des choses est quand on se prend pour un pompier et que l'on verse de l'essence en cachette, et après tu ne parles que de la gâchette! Ces meurtriers, ils ont pris une personne que j'appréciais et que j'apprécie toujours. Et même lui tu ne l’as pas respecté. Pourtant les morts ont plus de sagesse que le monde entier. Mais est-ce que ton monde est prêt à écouter? Redouane tu es au-dessus de leur monde de papier, ce 7 août tu nous a quitté, mais tu es toujours dans nos pensées. Ton père respectable leur a offert son hospitalité, mais eux n'ont pas de dignité. Nous, ta vie on la connaissait. Tu faisais des efforts pour t'en sortir dans le respect. Mais leur monde de papier aime bien déformer la réalité... Mais de là où tu es ce n'est pas ce qui va te toucher. Repose en paix. Mais nous on a mal, quand on lit ce vulgaire bout de papier. A chaque lettre la nausée nous a irrités comme si leur stylo empoisonné nous torturait. Redouane n'a pas eu comme toi la chance de grandir dans les beaux quartiers, ni les mêmes opportunités. Alors qui es-tu pour le juger!!! Qui plus ai de là où il est... Un monde de papier où aussi des Mosquées sont diffamées, un mensonge lâche qui sort souvent quand on est en manque de notoriété. Mais pourtant ton monde, il est bien diffusé. Comme un océan d'angoisse et de haine qui se déchaîne dans l'âme de ceux que tu as noyés. Mais ne t'inquiète pas on ne met pas tout le monde dans le même paquet. Des gens qui font ton métier s’accrochent à la vérité. Pour un but qui pourtant est la base de ton métier: Informer. J'espère que ce texte qui t'es destiné arrivera jusqu'à tes oreilles. Mais voudront-elles entendre nos voix. Qu’elles soient dans le désarroi ou pas. Mais sache que dans ce que t'appelle dope, foi et vendetta, il y en a un qui ne se mélange pas. Je te salue dans le respect, car je ne me salirai pas à mal te parler. Force et honneur à nos quartiers et que nos mort repose en paix.

Espoir de la Belle 

Je m'appelle Gaza , ma beauté s'est dessinée dans mes souffrances. A l'horizon de mes rêves j'espère à outrance. Non pas au large de ma belle mer, ni même à la vue de ce qui dépasse des miradors. Ma terre je ne la quitterai pas même pour 100 kilos d'or.

Ces paysages qui fleurissent en moi m’ont appris à rester forte. Un missile lancé et ce sera 10 oliviers plantés.

Mais sa branche ça fait longtemps que vous l’avez cassée mais moi au moins je suis toujours en quête de paix.

Dans son discours il vous l'avait pourtant proposé mais vous l'avez cassée... Pour au final chercher ce qu'il y avait dans sa main gauche, en semant le désordre.

Attention mon peuple est plus solide que la pierre qui me borde . Toi qui l'a tellement frappée tu n'a fait que le solidifier.

Une science vaut mieux que mille cris mais crois tu que tes forteresses te protégeront de la pluie?! Non pas celle qui mouille! Mais celle qui résulte des larmes que tu as tant fait couler.

De celle-là tu ne pourras jamais t’en protéger.

Pourquoi me sépares-tu de mes sœurs ? Au loin un mur et de l’électricité est ce ton idée?!

Mais n’oublie jamais que l’olivier n’a besoin que d’eau pour pousser oui le même que t’a cassé , as-tu compris que tu n’es que le fruit de ton propre décès?

Quand tu sèmes la haine, je sème l'espoir

sur mes cicatrices se dessinent mon histoire.

Mes enfants sont la fierté de ce monde,

ta lâcheté ne te lavera pas de tes crimes immondes.

Quand le mensonge pousse la vérité fleurit.

Au songe d'une nuit douce mes yeux fermés, je souris..

Saïdou

Prise d'otage

Un cercle n’a pas de fin, oui comme le titre du film... tellement de cercles, du plus petit au plus grand qui restent tous sans fin.. La taille change, mais le contexte reste le même...

Toi qui tiens le cercle comme un pantin et qui pense savoir ce qui est bon pour moi, alors que tu m'as tant abandonné... Construire des tours à l'extérieur du périphérique pour mieux nous oublier, et au final les détruire afin de mieux nous déstabiliser... Kiev Gluck Messager... ces noms résonnent dans l'oreille des nôtres comme une stabilité, un repère.

En toute sincérité, je vous déteste vous et votre plan qui nous est dédié. Ah bon c'est pour mon bien mais est-ce que tu me connais? Toi qui m’as tant abandonné... Tu ne vois pas en moi ne serait-ce qu'une once d'humanité? Pour mon bien tu voudrais me déplacer alors que dans ton oublie j'ai construis mon passé, mon présent, mon avenir.

Mais tes paroles de pompier je les ai vu venir. Alors que tant d'années tu as mis le feu dans nos vies... Une tour, un collège ah c'est là, on y vient ! Comment tu peux nous faire ça! Après avoir bouleversé nos repères, tu veux tuer l'éducation de nos petits frères... Hypocrisie, paternalisme sont les idées mères. Dans une tornade d'abandon tu nous nargues, à l'aube de notre présent tu poignardes notre avenir, encore une fois tes paroles de pompier je les ai vu venir.. Le feu n'a pas fini de se propager que tu verses de l'huile dans ta lance.. les sirènes crient et tu n'entends pas nos souffrances.. Dans ton éloquence somniferienne tu nous endors encore avec ton argument de mixité sociale...

De Reynerie à balma à 11ans c'est un voyage sans escale... Bouleversement de repères rythmé par la sonnerie à d'Indy, sans consulter les parents, leurs enfants ont été victimes de kidnapping... Séquestrer leurs futurs en leur disant qu'on libère leur présent. Pour un enfant c'est un Bouleversement pour ses parents c'est un enlèvement... Mais toi apparemment, tu sais mieux que nous ce qui est bon pour nous.. assis bien au chaud à l'écart de nos réalités ce texte t'est destiné.. Alors que nos plaies ne sont pas cicatrisées tu nous exposes aux UV.

 

Un teint d'instabilité, de colère et de fatigue se liront dans nos visages, sur une mer agitée le marin a quitté le bateau et le regarde s'écraser sur le rivage.. A l'abordage de nos vies  on te passe un message.. on ne te laissera pas prendre notre avenir et celui de nos enfants en otage.

Saïdou 

Association Les Bobines Sauvages, 6 Allée André Maginot, 31100 Toulouse